La Caisse Nationale de Prévoyance Sociale du Tchad a pour mission de garantir les travailleurs et leurs familles contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou supprimer leur capacité de gain.

Au Tchad comme dans les autres pays d’expression française, il a été institué dans les années 1956 la Caisse de Compensation des Allocations Familiales.

La Caisse Nationale de Prévoyance Sociale du Tchad est née des cendres de la Caisse de Compensation des Allocations Familiales le 4 mars 1966 par la loi 7/66 portant Code du Travail et de la Prévoyance Sociale promulguée le 4 mars 1966.

Le Décret 51/PR/MTJS/DTMOPS du 9 mars 1970 détermine l’organisation et le fonctionnement de la Caisse et de son Conseil d’Administration.

La Caisse Nationale de Prévoyance Sociale est placée sous la tutelle du Ministère de la Fonction Publique et du Travail. Elle est administrée par un Conseil d’Administration tripartite (Etat, Patronat et Syndicat) et dirigée par un Directeur qui a son autonomie de gestion.

Un projet de loi portant Code de Sécurité Sociale et un projet de reforme de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale en Caisse Nationale de Sécurité Sociale sont en voie d’être promulgués.

La politique tchadienne n’a pas perdu de vu la décentralisation et obéissant à cette politique, la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale a envisagé la déconcentration des structures de recouvrement et de liquidation des prestations. Au stade actuel, les structures de recouvrement sont complètement déconcentrées. Les Agences des provinces(4) procèdent aux recouvrements dans leur zone d’activité. Quant à la déconcentration des liquidations des prestations, une mission devrait se rendre dans les Agences très prochainement pour mener une étude pour voir les avantages et inconvénients de la déconcentration de liquidation des prestations. Dans un premier temps, il ne sera pas question de déconcentration des liquidations mais celle des paiements récurrents. Pour le moment, les dossiers sont liquidés au siège.

En ce qui concerne le système d’information, il est très peu développé et constitue un handicap quant à la sensibilisation de nos partenaires sur le système de la sécurité sociale.